Nespresso et le Paradis… What Hell’s?

Alors les jeunes? Vous en avez marre d’aller jusqu’au frigo pour farfouiller entre toutes ces bouteilles de vin qui prennent une place folle entre le beurre, les légumes oubliés dans le bac à légumes et les trois jogurts qui se courent après? Soyez tranquilles, quelqu’un a pensé à vous…

Déguster dans des conditions optimales

Bon, on l’appelle déjà «le Nespresso du vin». En gros et pour vous la faire simple, c’est une machine à dosettes qui sert un verre de vin aux conditions idéales pour sa dégustation. Sachez déjà, de 1), que son petit nom est « D-Vine », et de 2) qu’on est dans le même créneau qu’avec notre copain Georges.

Elle utilise des flacons de 10 centilitres, l’équivalent d’un verre standard, qui s’insère dans la machine. Elle commence par aérer le vin, comme s’il avait été carafé, puis lui fait traverser machin bidule thermique qui le réchauffe ou le refroidit, selon les besoins.

 

Nespresso du vin_Paradis

 

Une minute après, votre verre est servi. Un sommelier serait allé plus vite, mais on n’est pas tous sommeliers chez soit, sauf quand on en est au troisième ou quatrième verre (dépend des gabarits de chacun…).

Surtout pour en avoir moins à faire

Le créneau, c’est celui de condenser la qualité et la logistique au maximum. Le but derrière tout ça est de maximiser le plaisir de l’utilisateur tout en minimisant les contraintes d’utilisation. Sorti du blabla marketing, ce qu’on veut dire c’est que c’est plus simple et plus cool, et que c’est surtout fait pour en avoir moins à faire. Vous aussi, vous avez noté la tendance de ces dernières années?

 

Oui c’est vrai, on bosse tous beaucoup plus, pour compenser l’absence de ceux qui ne bossent plus  (n’y voyez aucun élan socialiste, juste une observation…) et donc on a moins de temps pour les loisirs. Partant de là, l’innovation se calque sur les besoins, et vice-versa. Fallait pas s’étonner que ça arrive, mais c’est toujours marrant de voir ces objets arriver! In Fine comme disent nos amis latins, c’est pour le bien du produit final, non?

 

Pour l’instant, c’est 500 € à sortir de votre poche pour recevoir D-Vine à la maison. Ensuite, le verre – ou plutôt la capsule – vous en coûtera entre 2 et 16 euros en fonction de ce qu’il y a dedans. Pour l’instant, ce sont des crus français qui s’y collent. Mais qui sait, un jour peut-être le Paradis sera lui aussi en tube?

En vidéo

Si tu as envie d’en apprendre plus, voilà le lien vers le puit de savoir qui t’éclaireras: http://bit.ly/1SvsoYm