La première vigne de la Ville de Genève vient du Paradis

Au début du mois de juin, nous avons concrétisé un projet de longue date que nous avons mené main dans la main avec Philippe Chappuis, alias ZEP, et sa compagne Mélanie Chappuis.

Mélanie Chappuis, Roger Burgdorfer et Philippe Chappuis

Roger Burgdorfer

Pour nous l’idée a germé peu de temps après avoir sollicité Philippe pour être le parrain du millésime genevois (il s’agissait du millésime 2010), c’est comme cela que nous avons commencé à discuter de l’éventualité de planter de la vigne chez lui. Evidemment lorsque nous sommes arrivés sur place et que nous avons vu le terrain à disposition, nous avons tout de suite vu qu’il y avait quelque chose de beau à faire avec ce terrain dans ce lieu mythique du patrimoine culturel genevois.

José Valadas (notre chef de culture) surveille le déroulement de la plantation

Cette parcelle est très proche du Rhône (moins de 100m) et elle bénéficie d’une exposition absolument fantastique, légèrement en pente et orientée plein Sud. Nous y plantons donc des cépages d’origine Rhodanienne pour les blancs, de la Marsane et de la Roussane, avec lesquels nous souhaitons faire des vins de gastronomie haut de gamme qui pourrait défier le temps. Les cépages rouges sont du Cabernet-Franc et du Gallota, avec lesquels nous allons développer des vins avec une structure tannique très puissante qui leur permettront de se maintenir très bien dans le temps mais qui seront également buvables très tôt! Ce qu’il y a de beau dans cette histoire, c’est que nous pouvons vraiment nous donner les moyens de faire en sorte que nos enfants et nos descendants soient fiers de nous.

Philippe Chappuis

La première image que j’ai eue de cette maison avant de l’acheter était une gravure du 19ème siècle sur laquelle on y voyait des vignes. Quand nous sommes arrivés il n’y en avait plus, c’était une simple prairie, et je me suis dit pourquoi ne pas y remettre des vignes? Pendant que cette idée mûrissait gentiment dans mon esprit, nous en avons parlé avec Roger, j’ai également croisé plusieurs fois Didier (Cornut) qui me poussait à faire du vin chez moi (sourires).

Contemplation…

Au départ, le côté procédurier des démarches  nécessaires pour avoir le droit de transformer cette prairie en vignes me semblait insurmontable, et dans un second temps je me disais que ce serait vraiment beau d’avoir de la vigne juste en dessous de chez soit, de pouvoir refaire du vin en Ville de Genève. Nous avons donc franchi le pas avec Roger et aujourd’hui nous y voilà!

Retrouvez toutes les photos de la plantation en cliquant sur ce lien

Médias sociaux

Instagram

Instagram n'a pas retourné le status 200.

Suivez-nous